EVENEMENT – ANNIVERSAIRE

5O ans de l’école

Temps inaugural et Pedagogical Summit

Photo ©Daniel Vallat / Année universitaire 1978-79 – UPASE (Unité pédagogique d’architecture de Saint-Etienne)

> Samedi 1er avril 2023 – A partir de 18h30 à l’ENSASE

Célébration festive des 50 ans de l’ENSASE

L’ENSASE fêtera 50 ans de formation, de recherche et de diffusion culturelle.
Cette célébration officielle réunira, étudiants, enseignants, personnels administratifs, actuels et anciens, partenaires et personnalités institutionnelles.

> Jeudi 30, vendredi 31 mars et samedi 1er avril 2023

Pedagogical Summit

LANGAGE
FORME
EMANCIPATION

STRUCTURE
FORMAT
POLITIQUE

Le 50ème anniversaire de l’ENSASE est prétexte à célébration.
Il s’agit d’imaginer un moment festif et intellectuel à la fois – joyeux et fédérateur.
Le motif en est également critique et réflexif.

Il s’agit d’identifier l’ENSASE non seulement comme une structure d’enseignement singulière, mais également comme un lieu privilégié où pourront s’échanger, de manière contradictoire, constats, réflexions et idées sur l’environnement que nous habitons. Pour produire la matière du débat, il nous faut cependant construire un dispositif pédagogique et culturel qui rende accessible à toutes les étudiantes et à tous les étudiants, des propositions souvent liées puisqu’elles engagent entre-elles des rapports de filiations ou d’oppositions, de mimétisme ou d’antithèse.

C’est à l’intersection de ces notions fondamentales que nous pourrons construire une identité et un imaginaire pour préciser notre rôle. Il s’agit de mettre en présence des visions plurielles de l’architecture, de la ville ou du paysage par le biais de démarches pédagogiques variées qui témoignent de différentes conceptions du monde.

Par la tenue de ces rencontres sur la pédagogie, il s’agit de confronter une série d’expériences fortes qui nous parlent d’architecture, d’art et de politique – sous la forme d’expérimentations pédagogiques. Cela semble fondamental au sein d’une école qui accueille les jeunes générations : comment se mesurer à l’idée qu’il nous faut prendre des risques méthodologiques et intellectuels pour s’engager dans le présent et (dé)construire notre futur rapport au monde ?
La mission d’enseignement repose sur un principe double : celui de la transmission et celui de l’émancipation. Le premier principe fait appel aux capacités du corps enseignant à donner, sans retenue, ce qui constitue une base tangible : c’est un état du savoir en cours.

Tandis que le second principe est externe à ce que nous sommes et fait appel à l’idée d’accompagner des démarches autonomes vers des lignes plus fluides ou incertaines. Il s’agit d’aider à construire « quelque chose » dont la finalité nous échappe – inéluctablement. Les étudiants et étudiantes aujourd’hui ne sont plus les disciples d’une pensée toute faite. Symétriquement, il s’agit aussi pour les enseignantes et les enseignants, de s’engager dans des voies dont la
relativité de leurs propres certitudes constitue sans doute une vitalité. C’est une troisième opportunité pédagogique qui apparait alors. Bien plus hybride, et qui mélange l’arpentage de territoires connus, quoique très souvent en questionnement ou en déshérence, à l’exploration de contrées sujettes à nouvelles expérimentations et découvertes. Des idées neuves s’y dessinent, qui convoquent postures et positions renouvelées.

Nous convoquons l’histoire de l’école autant que son devenir – en posant des questions de pédagogies. Comment parler d’architecture au sein d’une école d’architecture – si ce n’est en examinant l’enseignement qui s’y tient et ce qu’il nous dit de l’architecture qui s’y pense ?
Quelles manières d’être au monde se propose-t-on de développer ? Vers quels idéaux nous portent nos dessins, maquettes et prototypes construits ?
L’objectif de ces quadruples journées d’échange tient finalement en peu de mots : réfléchir à l’architecture par son propre enseignement — comme théorie critique, expérience immédiate et projet sociétal tout à la fois.

Programme détaillé à venir.