CYCLE DE CONFERENCES

Forever young

Approche climatique d’un milieu reconsidéré

Profitant du prétexte à sa participation 2021 au Solar Decathlon européen, l’ENSASE organise un cycle de conférences, discussions et débats mêlant recyclage urbain, questions énergétiques, environnement digital et sciences du vivant. Depuis ses débuts en 2002 alors orientés vers la question du « solaire »,la recherche inter-universitaire s’est progressivement tournée vers d’autres formes d’enjeux. La manifestation est aujourd’hui appréhendée dans toute son épaisseur conceptuelle : il s’agit d’une question globale qui peut inclure de multiples facettes énergétiques — grise, verte, active, passive, .co, bio, naturelle, artificielle, sourcée, recyclée, recyclable, circulaire ou carbone-neutre.

Un répertoire réflexif, linguistique et opérationnel élargi en quelque sorte. La réflexion proposée par le cycle FOREVER YOUNG agrège Data Centers (la composante physique d’un mode de vie ultra-connecté qui constitue notre environnement contemporain), espaces vacants en centres urbains, production d’énergie (les centres de stockage de données produisent beaucoup de chaleur) et écosystèmes artificiels (lorsque l’on parle de climats int.rieurs). Un intérêt élargi pour l’humain associé à l’univers du vivant non-humain. Six soirées rassembleront architectes, ingénieurs, philosophes et scientifiques pour aborder des questions actuelles, intriquées en un ensemble complexe :la problématique des ressources, la notion de récits, les communautés humaines, la dimension climatique, le vivant élargi aux non-humains et notre rapport aux technologies. Ces discussions construisent la perspective théorique d’un projet développé en parallèle à l’école par un groupe de Master, qui sera présent. à Wuppertal lors du Solar Decathlon 2021.

Conférence 2/6

_ Ressources

Tristan Boniver, Rotor, Brussels et René Hugues, ingénieur, président des Grands Ateliers de l’Isle d’Abeau

Depuis son apparition sur terre, l’humain n’a cessé de tirer profit de son environnement pour tenter d’orienter le cours de sa propre existence. Dominer les forces de la nature ou les utiliser pour son développement constitue le fil d’un grand récit anthropocentré. Face à l’appauvrissement évident des ressources disponibles, il nous faut réinventer une autre mode de dépendance énergétique. C’est le sujet principal de la seconde soirée de conférences du cycle FOREVER YOUNG, qui embrasse tout . la fois des questions actuelles (le futur post-carbone) et son arrière-plan historique (l’exploitation des ressources fossiles).

> MARDI 1er FÉVRIER 2022 A 18H30

Sur site : Amphithéâtre – ENSASE pour les étudiants et enseignants de l’ENSASE
En direct à distance pour le public extérieur : sur la chaîne YouTube de l’ENSASE

Tristan Boniver est membre du collectif ROTOR, fondé en 2005 autour d’un intérêt particulier : la circulation des matériaux
dans l’industrie, la construction et le design.
Engageant des questions de ressources, d’utilisation et de r.utilisation des produits de construction, le collectif développe une pratique en concevant des projets architecturaux autant qu’une posture théorique et critique par des publications et des expositions, ainsi que l’organisation de workshops. Ils ont représenté la Belgique à la Biennale de Venise en 2010 avec Us Usures. En 2011, ils ont assuré le commissariat de OMA/Progress au Barbican Art Center de Londres. Ils ont également organisé la Triennale d’Oslo en 2013, sous le titre Behind the Green Door.

René Hugues est ingénieur et a enseigné à l’ENSASE. Il est actuellement Président des Grands Ateliers de l’Isle-d’Abeau. Il viendra évoquer l’histoire de Saint-Etienne sous l’angle de l’exploitation de ses ressources naturelles.
La ville incarne un développement territorial qui s’est construit au fil de l’histoire sur une utilisation des éléments naturels. L’industrie minière a ainsi constitué le moteur du développement de la ville pendant plus d’un siècle. Grâce aux mines, la sidérurgie et les usines métallurgiques ont connu un développement considérable. Les traces de ces opérations infrastructurelles et architecturales sont encore visibles dans le paysage alentours.
C’est la double question de cet héritage et du devenir énergétique de la ville qui sera au centre de la conversation.

Conférence 1/6

_ Nouveaux horizons

Emmanuelle Chiappone-Piriou, architecte, historienne de l’architecture et Julie Beauté, doctorante en philosophie contemporaine

> MARDI 18 JANVIER 2022 A 18H30

Découvrur ou revoir la conférence sur la chaîne YouTube de l’ENSASE

C’est la fin des grands récits modernes univoques, et la disparition des héros qui incarnaient la clarté d’une position idéologique tournée vers un avenir en ligne droite, qui nous placent aujourd’hui en situation de devoir repenser nos existences, sous l’angle d’une narration potentielle — imaginées autant qu’imaginaires.
La complexité du monde et ses antagonismes nous forcent à devoir articuler des questions contradictoires, sans même parler des zones de latence ou des domaines inconnus. La construction de récits actuels et futurs, dans lesquels se plonger ou vers lesquels tendre, est au coeur de la première série de 6 conférences
FOREVER YOUNG.

Emmanuelle Chiappone-Piriou

Architecte et historienne de l’architecture de formation, Emmanuelle Chiappone-Piriou travaille en tant qu’autrice et commissaire indépendante. Ses recherches explorent les frictions entre architecture, art et digital, dans leurs implications intellectuelles, politiques et esthétiques ; elles donnent corps . des projets . la croisée des contextes académiques et créatifs, sous forme d’expositions (Les larmes du Prince, 2018-19), textes, workshops (weS.A.N.K., 2017-19), conférences et performances. En 2020, elle a réalisé l’exposition Superstudio Migrazioni, au CIVA (Bruxelles) et édité le catalogue éponyme.
Emmanuelle a collaboré avec différentes institutions (Centre Pompidou,Barbican), dont le Frac Centre, où elle a été chargée de programmation de 2011 . 2016. Elle y a notamment co-organisé les expositions Reliefs (2015) et Villes visionnaires (2014).
Elle est doctorante et enseigne en théorie de l’architecture et philosophie de la technique à la TU Wien. Elle enseigne également à l’ENSA Paris-Malaquais et intervient dans différentes universités, dont la Bartlett School of Architecture, UCL.

Julie Beauté

Julie Beauté est doctorante en philosophie contemporaine, au sein des Archives Husserl (ENS Ulm, PSL). Ses recherches, mêlant philosophie contemporaine, architecture, anthropologie multi-espèce et écologie évolutive, proposent un renouvellement du lien entre architecture et écologie.
Au sein de son travail de thèse, elle s’intéresse au r.le des enchevêtrements matériels, humains et autre qu’humains, dans la conception de l’architecture – selon deux perspectives.
D’une part, les autres qu’humains deviennent une question contemporaine cruciale dans la construction des bâtiments ; il s’agit dès lors de reconnaître leur importance au sein des infrastructures humaines.
D’autre part, ils font preuve d’une agentivité productive qui organise matériellement les milieux : ils semblent ainsi témoigner d’une force architecturale.
Pour en rendre compte, l’analyse mobilise les humanités environnementales, les épistémologies féministes, les nouveaux matérialismes et la philosophie de terrain.