CONFERENCE

Le projet n’est plus là où il était !
Chérif Hanna, architecte, enseignant à l’ENSA Nantes
MAR 28 NOV A 18H
Amphithéâtre de l’ENSASE

« Architecture is about giving form to the places where we live. It is not more complicated than that, but also not easier than that. » Alejandro Aravena , in Rationale, Reporting from the front, Biennale Architecture 2016 Exhibition, Marsilio, Venice, 2016.

Le métier d’architecte, parce qu’il est devenu un métier hybride entre architecture et urbanisme, n’est plus seulement reconnu comme celui de l’auteur d’un bâtiment ou d’un édifice construit. L’architecte est devenu aussi « un intercesseur » (De Certeau). Son rôle est moins celui d’un acteur dominant, chef d’équipe ou responsable d’une hiérarchie des valeurs ou fonctions culturelles, que celui d’un écoutant, capable de mettre en relation des connaissances et des hommes dans des situations paradoxales, et parfois énigmatiques, plus particulièrement dans les territoires péri urbains et péri métropolitains où l’architecte n’est souvent pas attendu.

C’est précisément là où se jouerait un nouveau rapport au projet. Faut-il considérer ce dernier comme un objet ou comme un lieu d’interaction ?
La question du déplacement du projet n’est pas celle d’un réajustement ou d’une actualisation des pratiques, mais la reconnaissance et la prise en compte des articulations que révèlent ce que l’on qualifie d’ordinaire de débordement voire de transgression.
Le regard de l’architecte pris dans ces situations interroge le projet architectural et urbain, dans sa fabrication et sa finalité. La conception est indissociable de l’expérience du chantier et la livraison d’un espace construit n’est qu’une étape de la réalisation. Le projet devrait alors, reconnaître l’inachevé (Siza, Kroll) comme valeur dynamique, en attente et préparation d’une nouvelle mutation.

« Paradoxalement, les critiques les plus violentes sont venues de l’interprétation de ces espaces compris comme des lieux incomplets et l’on m’a accusé pour cela d’être « incapable de terminer ».(…) Seul celui qui prétend avoir une lecture immédiate et définitive de la ville et surtout ne sait pas lire entre les choses, peut croire Malagueira incomplète avec ses quelques parties qui restent, indéfinies ou oubliées » Alvaro Siza , à propos du quartier de Malagueira (1977- …), in, « Imaginer l’évidence », Éd. Parenthèses, Collection architectures, Marseille, 2012.

Chérif Hanna
Chérif Hanna est architecte depuis 1986. il rejoint l’Institut d’Urbanisme de Paris où il obtient un DEA en ‘politiques Urbaines, Aménagement et Gestion de l’Espace’ en 1991. Depuis, il pratique le projet aussi bien d’architecture que d’urbanisme en exercice libéral depuis 1996. Il intervient tout particulièrement sur les problématiques du logement social et celles de l’interface ville/port.
Il enseigne le projet urbain et architectural en cycle Master depuis 1996, d’abord à l’Ecole d’Architecture de Bretagne, ensuite, à l’ENSA Nantes depuis 2006. Il co-dirige le Master ‘Villes et Territoires’ co-habilité par l’Université de Nantes et l’ENSA Nantes. Il mène, parallèlement, le studio de Projet Urbain pour le Master ‘Sciences et Techniques des Environnements Urbains’ co-habilité par l’école Centrale, l’école des Mines et l’ENSA Nantes.

L'ENSASE
PÉDAGOGIE & RECHERCHE
VOYAGES / RELATIONS INTERNATIONALES
VIE ÉTUDIANTE / INSERTION PROFESSIONNELLE / HMO